Yémen : un célèbre écrivain condamné à mort


Disponible aussi en angalis et en arabe 

10 mai 2017

RAN 07/17

Jubaihi

PEN International est profondément préoccupée par la condamnation à mort prononcée par un tribunal à Sanaa, à l’issue d’un procès qu’elle considère inéquitable, à l’encontre de Yahya al-Jubaihi, célèbre écrivain et journaliste yéménite. Il était maintenu en détention arbitraire depuis septembre 2016. PEN International redoute que cette détention ainsi que la peine de mort prononcée contre al-Jubaihi soient la conséquence de ses articles contre la rébellion houthie. Notre organisation demande l’annulation de la condamnation à mort de Yahya al-Jubaihi. Ce dernier doit être remis en liberté ou rejugé dans le cadre d’une procédure conforme aux normes internationales relatives à un procès équitable et sans recours à la peine de mort.

MOYENS D’ACTION RECOMMANDÉS : Partagez sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.

Merci d’intervenir pour :

Demandez instamment aux autorités houthistes de :

  • Annuler la condamnation à mort de Yahya al-Jubaihi ;
  • Libérer Yahya al-Jubaihi ou lui accorder un procès équitable conforme aux normes internationales et sans recours à la peine de mort ;
  • Garantir pleinement le respect de ses droits en tant que prisonnier, conformément aux normes internationales relatives aux droits de l’homme ;
  • Garantir l’exercice pacifique du droit à la liberté d’expression, ce qui implique la libération de tous ceux qui sont maintenus en détention uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits.

Veuillez adresser vos appels au :

– Ministère de la Justice

Ahmed Abdullah Akbat, Ministre de la Justice

Sanaa, Yémen

Courriel : mail.yemengov@gmail.com

Ou            info.government@yemen.net.ye

– Ministère des Droits de l’Homme 

Ali Saleh Taiseer, Sous-secrétaire au ministère des droits de l’homme

60 street, (près du bâtiment de l’ONU)

BP : 16313, Sanaa, Yémen

Tél. 009671444838

Fax. 009671444838

Courriel : a.taissir@yahoo.com

Veuillez tenir PEN informé de toutes les démarches entreprises et de tous les retours éventuels.

Contexte

Yahya al-Jubaihi, 61 ans, est écrivain et journaliste. Il est membre de l’Association des journalistes arabes et du Syndicat des journalistes yéménites. Il est l’auteur de plusieurs études et articles, et a régulièrement contribué à de nombreux journaux yéménites et arabes tels que Okaz et al-Madina. Il a notamment publié un article en décembre 2015 dans lequel il dénonçait fermement les attaques et les invasions houthistes dans certaines régions du Yémen. Selon certaines dépêches, c’est cet article qui a conduit à son arrestation puis à sa condamnation. Al-Jubaihi a étudié les médias à l’Université du Roi Saoud, en Arabie saoudite et il est titulaire d’un Master en médias internationaux, obtenue en 1986 à l’Université de l’Indiana aux États-Unis. Il a travaillé en tant que Directeur des médias auprès du Conseil des ministres du Yémen entre 1987 et 1997 et il a enseigné un cours intitulé « médias et développent » à l’Université de Sanaa.

Le 6 septembre 2016, Al-Jubaihi a été arrêté par des agents de sécurité houthistes en uniformes devant sa maison à Sanaa ; ils se sont aussi introduits chez lui avant de confisquer ses appareils électroniques, sa bibliothèque et d’autres documents. Selon sa famille, Al-Jubaihi a été transféré plusieurs fois entre les prisons et les centres de détention avant d’être condamné à mort le 12 avril 2017 par un tribunal houthiste à Sanaa. D’après certaines sources, le verdict a été prononcé sans respecter les principes relatifs à un procès équitable. Ainsi les avocats n’ont pas été autorisés à s’entretenir avec Al-Jubaihi ou à assister au procès et la décision du tribunal a été rendue à l’issue d’une seule audience. Al-Jubaihi a été reconnu coupable d’espionnage au profit d’un État étranger (l’Arabie saoudite) et d’avoir aidé le Président Abd-Rabbu Mansour Hadi, qui a démissionné en janvier 2015 suite aux pressions exercées par les Houthies. Avant son arrestation en septembre 2016, Al-Jubaihi avait reçu des menaces anonymes et on lui avait demandé d’écrire un article en faveur de la présence des Houthies à Sanaa, ce qu’il avait refusé. Au cours de sa détention, Al-Jubaihi n’a reçu aucun soin médical, malgré son mauvais état de santé.

Il est à noter qu’il s’agit de la première condamnation à mort prononcée par les autorités houthies à l’encontre d’un écrivain. Le 10 avril 2017, 36 activistes, dont des blogueurs, des écrivains, des défenseurs des droits de l’homme et des enseignants avaient comparu devant le même tribunal à Sanaa. Ils avaient tous fait l’objet d’une arrestation et détention arbitraire au cours des deux dernières années, sans avoir été inculpés ou jugés. Selon certains sources, ces opposants portaient des signes de torture et d’autres mauvais traitements. Ils sont accusés de tentatives d’assassinat et d’avoir entraîné des perturbations. Aucun verdict n’a été rendu à ce jour dans le cadre de cette affaire. Pen International s’engage à continuer de surveiller de près la situation de ces activistes et demander le respect total du droit relatif à la liberté d’expression.

La situation concernant la liberté d’expression et d’opinion au Yémen s’est largement dégradée depuis 2014, suite à l’invasion de Sanaa par les forces houthistes. De nombreux journalistes ont été contraints de quitter le pays. Selon le Comité pour la protection des journalistes, le Yémen était en 2016 le troisième pays le plus dangereux du monde pour les journalistes.

Pour davantage de renseignements, merci de prendre contact avec Nael Georges, PEN International, Koops Mill Mews, 162-164 Abbey Street, Londres  SE1 2AN | Tél. : +44 (0) 207 405 0338 |Courriel : Nael.Georges@pen-international.org