Lettre mensuelle de John Ralston Saul Président international, aux membres du PEN


Chers membres du PEN, chères amies, chers amis,

Ceux et celles parmi vous qui étiez au Congrès de Gyeongju êtes maintenant rentrés à la maison; sinon, vous en avez reçu une bonne description de la part de notre Directrice exécutive, Laura McVeigh ou de la personne que vous y avez déléguée. Lors de l’un des débats, Wole Soyinka a déclaré: ‘la littérature est une langue internationale’. Lors de nos sessions souvent complexes, même si nous passions incessamment d’une langue à l’autre, on pouvait sentir la vérité de cette affirmation.

Je veux d’abord vous remercier de la confiance que vous avez manifestée en me ré-élisant. Je crois que nous avons déjà beaucoup accompli ensemble pendant les trois dernières années et je ne peux que vous assurer de mon intention de poursuivre la défense de notre cause.

Le PEN Corée et Gil-won Lee et tous ses membres ont fait un travail formidable. Ce fut un congrès à l’organisation particulièrement réussie. Il faut souligner plus spécifiquement le rôle joué par les jeunes bénévoles locaux multilingues. Le Congrès de Belgrade avait lancé cette initiative. En Corée, il y avait 77 bénévoles, dont plusieurs qui étudiaient la littérature à l’université. Une belle expérience pour eux.

Pour la troisième année de suite, près de 90 centres ont envoyé des délégués. Il s’est agi, en d’autres mots, d’une fort bonne représentation de toutes les régions.

Cela a été rendu possible grâce à l’appui accordé à 38 Centres de la part du PEN coréen ou d’autres sources identifiées par PEN International. La chose n’a pas été facile. Il nous reste encore à trouver une façon d’inclure ce genre d’aide dans notre gestion courante.

C’est un facteur particulièrement positif après plusieurs années passées à faire face aux défis habituels des organismes de la société civile, tout comme des gouvernements et des individus, de constater que PEN roule maintenant sur une base solide, grâce au Comité des finances dirigé par Eric Lax et au bureau international. Il faut bien sûr s’appliquer chaque jour à cette tâche et il faut poursuivre le développement de programmes qui vont aider les Centres à se développer.

Mais revenons-en au Congrès. Nous avons fait des efforts pour que l’Assemblée soit moins bureaucratique et offre un meilleur cadre pour discuter les idées qu’un plus grand nombre de groupes de Délégués ont présentées. Il en a résulté un assemblée plus créative et inclusive, mais il nous reste du chemin à faire. Et un certain nombre de personnes ont raté les discussions ouvertes du premier matin, une initiative qui date d’il y a trois ans.

– – –

Le point d’orgue du 78e Congrès a été l’approbation de la Déclaration de Gyeongju relative à la liberté d’expression et aux technologies numériques. Ce document est le résultat d’une année entière de dur labeur de la part du comité présidé par Hori Takeaki. Quelques points de détail ont été soulevés par l’Assemblée et on travaille maintenant à un texte final. Sur le plan des concepts, la Déclaration est déjà complète et elle a été approuvée par l’Assemblée, ce qui en fait une politique du PEN International. Vous recevrez bientôt le texte définitif et nous pourrons tous commencer à l’utiliser.

Il importe que la Déclaration développe sa propre vitesse de croisière, comme ça a été le cas pour le Manifeste de Gérone. Ce dernier n’a guère plus d’un an et pourtant j’en entends parler et on l’utilise un peu partout à travers le monde.

Le monde numérique acquiert de plus en plus d’importance chaque jour et c’est un univers où la liberté d’expression court de grands risques. Partout, les gouvernements y voient un domaine qu’il faut contrôler, et les grandes entreprises veulent se l’approprier. La Déclaration de Gyeongju nous fournit un manuel à partir duquel défendre la liberté d’expression.

– – –

L’admission d’un Centre des écrivains Nord-coréens a été une importante initiative.

Et la relance du Centre libanais, animé par une large coalition d’écrivains libanais, a prouvé qu’il était tout à fait possible de redonner vie à un centre. Nous croyons que ce nouveau Centre jouera un rôle régional important.

– – –

La situation en Turquie a donné lieu à des échange complexes et parfois difficiles lors de l’Assemblée. J’ai jugé que ce débat était particulièrement utile. La situation est délicate et nous devons tous chercher à la mieux comprendre. Ces échanges nous aurons permis de voir à développer la bonne stratégie pour la Délégation que nous préparons en Turquie en novembre prochain.

– – –

Il y a toujours des réalités qui nous déçoivent et il faut reconnaitre que la situation en Chine n’évolue guère. On l’a bien vu quand la maison du Dr Jiao, un des délégués du Centre PEN chinois indépendant, a été encerclée par la police, l’empêchant de partir pour la Corée. On l’a éventuellement emmené et on l’a d’une certaine manière arrêté. Une fois le Congrès terminé, il a été libéré. Cette manipulation éhontée et ouverte des droits d’un citoyen à la liberté d’expression est absolument indigne d’une civilisation aussi grande que celle de la Chine.

– – –

Et pour conclure, un mot sur le constant défi de communiquer avec vous tous. Nous avons progressivement développé certains outils: cette lettre mensuelle; celle de Laura, puis le sommaire hebdomadaire de nos activités et de nos interventions internationales. Le nouveau site Internet est un autre élément. Je vous demande encore de correspondre avec Sahar Halaimzai pour l’informer des défis auxquels vous faites face, de l’activité de votre Centre pour qu’elle puisse les inscrire sur notre site. Sahar aidera à formater cette information si nécessaire.

Nous présentons maintenant un rapport trimestriel, à la suite de chaque réunion du Conseil, pour que vous en suiviez les discussions et les décisions.

Immédiatement après le Congrès, le Conseil et les présidents des comités ont passé deux jours ensemble alors que le typhon Maemi approchait. Nous nous trouvions dans une superbe construction coréenne traditionnelle, faite de bois et aux fenêtres de papier. Vous voyez d’ici les documents qui volettent de toute part… Nous avons passé en revue les décisions de l’Assemblée et élaboré les stratégies nécessaires. Nous avons pu quitter Gyeongju quelques heures avant que la tempête ne frappe la région. Beaucoup de pluie et de vent, mais rien d’aussi dramatique que ce qu’on nous promettait.

Le rapport de ce Conseil vous parviendra sous peu.

– – –

Une fois de plus, je tiens à remercier le PEN coréen et, à l’avance, le PEN islandais pour son accueil au 79e Congrès.

Avec mes chaleureuses et amicales salutations

John Ralston Saul