Lettre d’août et septembre 2014 de John Ralston Saul Président international, aux membres du PEN


le 22 septembre, 2014

Chers membres du PEN, chères amies, chers amis,

Dans quelques jours, nous allons nous retrouver à l’invitation du Centre PEN d’Asie centrale à Bichkek, la capitale du Kirghizistan. Nous vivons des moments de grande violence dans de nombreuses régions du monde. Quelle que soit notre opinion personnelle, nous ne pouvons manquer d’observer ce qui se passe en Irak, en Syrie, en Palestine, en Israël, en Russie, en Ukraine et au Honduras, pour ne nommer que quelques foyers de crise.

Comme à l’accoutumée, chaque éclat de violence de l’État ou d’un soulèvement représente un assaut contre la liberté d’expression. On tue des écrivains ou on les bâillonne. Les débats sont étouffés ou marginalisés. La propagande fleurit. Tout ce qui se passe maintenant en est la preuve renouvelée.

Je dois ajouter que dans de nombreux pays l’idée continue de progresser de créer de nouvelles lois moralisatrices qui divisent la société et limitent la liberté d’expression; le goût de nombreux gouvernements occidentaux pour la surveillance et le secret n’a pas diminué; l’utilisation du langage populiste pour cibler certaines communautés et miner le débat public continue de se répandre; et entretemps on ne voit pas d’amélioration dans d’autres domaines comme l’impunité en Amérique latine et l’ouverture au débat en Chine.
Nous nous réunissons donc en des heures sombres qui nous imposent une réflexion lucide quant à l’action que nous devons choisir pour avoir un impact sur ces situations.

***

Comme pour tous les congrès, celui-ci occupera quelques centaines de personnes parmi nos dizaines de milliers de membres. Si nous réussissons à résoudre quelques unes des questions de visas qui nous semblent présentement à la fois dérangeantes et inacceptables, il devrait y avoir plus de 175 membres, venus de près de 80 Centres qui seront présents. Un certain nombre de nos collègues ont vu refuser leur demande de visa. Nous travaillons fort depuis juin dernier et continuons de travailler avec acharnement à résoudre cette situation.
Le 80e Congrès sera donc un événement important et complexe au moment où nous allons dans une région du monde où PEN ne s’est jamais réuni. Nous disposerons de dossiers précis qui seront essentiels pour encadrer notre dialogue.

***

Il y a une très bonne nouvelle : la confirmation de Carles Torner à titre de Directeur exécutif. Il assumait l’intérim de cette fonction depuis avril dernier. Il a accompli un travail formidable pendant cette période intermédiaire et il occupe maintenant officiellement le poste de plein titre.

Plusieurs d’entre vous connaissez bien Carles. Il a une longue expérience du PEN. C’est un romancier bien connu, un Catalan qui parle, entre autres, nos trois langues officielles et qui a une impressionnante feuille de route en tant qu’administrateur. Et peut-être plus important encore, dans les années ’90 il a présidé le Comité de la traduction et des droits linguistiques et a élaboré la Déclaration universelle des droits linguistiques. Il sera bien sûr avec nous à Bichkek.
Sois le bienvenu, Carles!

Avec mes salutations les plus amicales.
John Ralston Saul Président international