Home Page > News Item > Jour de l’écrivain emprisonné: Gao Yu

Updated logo

République populaire de Chine

Gao Yu

Journaliste

Gao Yu, journaliste reconnue de Pékin, ‘a disparu’ le 23 avril 2014 et a été détenue au secret pendant deux semaines avant que les autorités ne dévoilent, dans une ‘confession’ télévisée, qu’elle était emprisonnée parce qu’on la soupçonnait d’avoir « livré des secrets d’état à l’étranger ». A ce jour, Gao Yu reste en prison à l’attente de son procès et elle risque une sentence d’incarcération à long terme si le tribunal la déclare coupable. L’endroit de sa détention reste inconnu et son bien-être soulève des soucis. PEN pense que Gao Yu est persécutée pour ses activités professionnelles légitimes et appelle à sa libération immédiate et inconditionnée.

Gao Yu, âgée maintenant de 70 ans, est l’ancienne rédactrice-en-chef de Economics Weekly et contributrice au journal allemand Deutsche Welle. Au moment de sa disparition elle était en train de rédiger une rubrique titrée « Nature partisane versus nature humaine », qui aurait traité du nouveau leadership du Parti communiste chinois et ses conflits internes. Toutefois, la rubrique n’a jamais été soumise au journal et quand Gao Yu n’a pas participé, comme planifié, à un événement organisé à Pékin le 26 avril 2014 pour commémorer les protestations antigouvernementales brutalement supprimés du 4 juin 1989, ses amis ont signalé sa disparition aux autorités. Gao Yu aurait aussi dû voyager à Hong Kong le 3 mai 2014 pour parler lors de la cérémonie annuelle de remise des prix du Centre indépendant PEN Chine (ICPC) dont elle est membre.

Le 8 mai 2014 une ‘confession’ de Gao Yu a été diffusée sur la chaîne nationale CCTV dans le journal télévisé du matin. Son visage était brouillé, mais son nom complet y apparaissait, ce qui a mis un terme aux incertitudes concernant le lieu où elle se trouvait. Dans l’émission Gao Yu admettait que ce qu’elle avait fait « portait atteinte aux lois et menaçait les intérêts nationaux ». Elle avouait « regretter profondément » ses actions et se déclarait « prête à accepter leur sanction légale ». On craint que cette ‘confession’ ait été arrachée à Gao Yu sous la contrainte, ce qui soulève des soucis au sujet de son bien-être et des doutes sur l’équité de son procès. Le droit à un procès équitable, garanti par l’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, inclut le droit de tout a chacun à être présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie, de même que le droit à ne pas être forcé de témoigner contre soi-même ou de s’avouer coupable. En tant que signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui garantit la liberté d’expression, le droit à ne pas être arrêté ou détenu arbitrairement et le droit à un procès équitable, la Chine est obligée de « ne pas commettre d’actes contraires aux objectifs ou à la raison d’être du traité ».

Selon l’avocat de Gao, les charges retenues contre elle reposeraient sur un document connu sous le titre de « Document numéro 9 », à propos duquel Mme Gao a écrit l’année dernière. Le document préciserait la vision du gouvernement chinois de promouvoir des reformes économiques en même temps qu’il maintiendrait son contrôle idéologique sur la démocratie, la société civile et la liberté de la presse.

L’arrêt de Gao Yu est survenu dans les mois précédant le 25e anniversaire de la répression militaire du mouvement démocratique du 4 juin 1989, dans une situation de répression renouvelée des contestataires.

Contexte

Gao Yu est un cas principal de PEN depuis 1989 quand elle a été l’une des premières personnes à être arrêtées lors de la répression des protestations pro-démocratiques. Détenue pour la première fois le 30 juin 1989, Gao Yu a été emprisonnée pendant plus d’une année à cause d’un article qu’elle avait écrit pour un journal de Hong Kong qui appuyait les protestations des étudiants de la Place Tiananmen. Elle a été de nouveau mise en prison de 1993 à 1999 pour avoir « livré des secrets d’état à des parties hors les frontières [chinoises] » dans une série d’articles politiques et économiques parus dans des publications hongkongaises. Gao Yu est connue pour ses analyses politiques extrêmement critiques et pour sa connaissance des cercles intimes du Parti communiste chinois.

Gao Yu a continué de travailler en Chine comme journaliste indépendante malgré des restrictions et des pressions considérables. Elle a participé au rapport PEN 2013 « Créativité et contraintes dans la Chine d’aujourd’hui » en rédigeant un essai pour cette publication. Gao Yu est directrice honoraire du Centre indépendant PEN Chine (ICPC) et membre honoraire de PEN Tchéquie.

Veuillez envoyer vos appels:

  • En exprimant des soucis sérieux relatifs à la détention et au bien-être de la journaliste reconnue Gao Yu, en demandant qu’elle ne soit pas soumise à de mauvais traitements et en exigeant qu’on lui permette de voir sa famille et de choisir son avocat ;
  • En demandant la libération immédiate et inconditionnée de Gao Yu si elle est persécutée, comme on le craint, pour avoir exercé ses activités professionnelles légitimes ;
  • En rappelant aux autorités chinoises que l’article 35 de la Constitution de la République populaire de Chine garantit le droit à la libre expression et qu’en tant que signataires du Pacte international relatif aux droits civils et politiques – qui garantit la liberté d’expression, le droit à ne pas être arrêté ou détenu arbitrairement et le droit à un procès équitable – elles sont obligées de « ne pas commettre d’actes contraires aux objectifs ou à la raison d’être du traité ».

Envoyez vos appels à:

Son Excellence Xi Jinping Président de la République populaire de ChineConseil d’Etat

Pékin 100032

R. P. Chine

Fax: +86 10 6238 1025

Appel: Votre Excellence

Fu ZhenghuaDirecteur, Bureau de la Sûreté publique de Pékin

Beijingshi Gong’anju

9 Dongdajie, Qianmen, Dongchengqu,

Pékin 100740, R. P. Chine

Fax: +86 10 65242927

Téléphone: +86 10 8522 5050 (en chinois seulement)

Appel: Monsieur le Directeur

 

Il est recommandé que vous envoyiez aussi une copie de vos appels aux représentants diplomatiques de la République populaire de Chine dans votre pays.

 

PUBLICITÉ

Nous encourageons les membres de PEN à:

  • Publier, dans votre presse locale ou nationale, des articles et des articles d’opinion qui décrivent la situation en Chine
  • Organiser des évènements publics, des lectures, des conférences ou des manifestations
  • Partager de l’information sur la Chine et sur vos campagnes à l’appui de Gao Yu par le biais des média sociaux

 

Réseaux sociaux: Prier d’utiliser l’hastag #ImprisonedWriter

Proposition de tweet: #China Release Gao Yu, journaliste et member du  @penchineseorg, détenue sans charge depuis avril 2014 #ImprisonedWriter @pen_int

SOLIDARITÉ

  • Elisez Gao Yu membre honoraire de votre centre en lui offrant ainsi, à elle et à sa famille, votre soutien à long terme. Pour des renseignements sur la procédure PEN International Membre Honoraire veuillez vous référer au document du Comité PEN International Ecrivains en prison : Guide pour la défense des écrivains incriminés (Partie V, pp. 15-20). Si vous choisissez cette voie de solidarisation avec Gao Yu veuillez nous le signaler et nous vous mettrons en contact avec d’autres membres PEN qui travaillent sur son cas.

Veuillez nous informer de vos activités en nous envoyant un rapport qui les décrivent avant le 15 décembre 2014 pour que nous puissions les partager avec d’autres centres PEN.

Pour de plus amples renseignements veuillez contacter Cathy McCann au Comité PEN International Ecrivains en prison, Brownlow House, 50/51 High Holborn, Londres WC1V 6ER, Tél.+ 44 (0) 20 7405 0338, Fax: +44 (0) 20 7405 0339, mél: cathy.mccann@pen-international.org.

(Translated by Carla Taban)

image_print