Home Page > News Item > Jour de l’écrivain emprisonné: Mahvash Sabet

Updated logo

République Islamique d’Iran

Mahvash Sabet
Enseignante et poète

 « Au-delà de ces grilles, un autre monde, une autre race,

un peuple empoisonné et oppressé par le malheur ;
ils nous fixaient avec lassitude, ces prisonniers qui nous faisaient face,
les yeux enfoncés au fond des orbites, sans éclat, cernés de chagrin »
– extrait du recueil de poésie écrit en prison, « De la prison d’Evin à la prison de Rajai Shahr », publié en version anglaise le
1er avril 2013

Mahvash_SabetL’enseignante et poète iranienne Mahvash Sabet purge actuellement une peine de prison de 20 ans à la prison d’Evin, à Téhéran. Elle fait partie d’un groupe de sept dirigeants baha’is connus sous le nom de « Yaran-i-Iran » – Les amis de l’Iran – détenus depuis 2008 en raison de leur foi et de leurs activités liées à la direction des affaires de la communauté baha’ie iranienne. Mahvash Sabet a commencé à écrire des poèmes en prison, dont un recueil a été publié en traduction anglaise le 1er avril 2013. PEN International appelle les autorités iraniennes à libérer Mahvash Sabet et toutes les autres personnes incarcérées en Iran pour le seul exercice de leur droit, légitime, à s’exprimer librement.

Depuis la Révolution islamique de 1979, la communauté bahaïe iranienne fait l’objet de persécutions systématiques orchestrées par l’État. C’est au lendemain de la Révolution qu’a été formé – au vu et au su du gouvernement – le groupe « Yaran-i-Iran » – Les Amis de l’Iran –, dans le but d’agir en qualité de conseil informel auprès de la communauté baha’ie d’Iran et de travailler à répondre aux besoins spirituels et sociaux de ses 300 000 membres. En 2008, le groupe a été arrêté dans son intégralité. L’enseignante et poète Mahvash Sabet a été arrêtée le 5 mars 2008 alors qu’elle se rendait à Mashhad. Les six autres membres du groupe –  Fariba Kamalabadi, Jamaloddin Khanjani, Afif Naeimi, Saeid Rezaie, Behrouz Tavakkoli et Vahid Tizfahm – ont été arrêtés chez eux, à Téhéran, le 14 mai 2008. Ils ont été détenus sans inculpation jusqu’en janvier 2010, détention durant laquelle ils ont été tenus en  secret pendant de longues semaines et se sont vu interdire l’accès à un avocat. Tous ont subi des traitements et des privations effroyables durant leur détention.

Le procès des sept membres du groupe – accusés d’espionnage, de propagande contre la République islamique, de la mise en place d’une administration illicite, de coopération avec Israël, de transmission de documents secrets hors du pays, d’agissements contre la sécurité d’état et de corruption sur terre – s’est ouvert le 12 janvier 2010. Le 14 juin 2010, à l’issue de six audiences qui brillaient par leur brièveté et leur absence de respect des principes de procès équitable, chacun des accusés se sont vu condamner à 20 ans de prison. Leurs peines respectives ont été réduites à 10 ans en appel, après que trois accusations ont eu été jugées sans fondement, mais, en mars 2011, les prisonniers ont été informés qu’ils purgeraient l’intégralité de la durée originale de leur peine. Et, en dépit de leurs demandes répétées, ils n’ont jamais eu sous les yeux la copie officielle du jugement initial, pas plus que celle de la décision du juge d’appel.

Mahvash Sabet, aujourd’hui âgée de 62 ans, a été tout d’abord enseignante et puis  professeure principale dans plusieurs établissements secondaires. Elle a également travaillé en collaboration avec le Comité national d’alphabétisation iranien. Au lendemain de la Révolution Islamique, en 1979, elle a été renvoyée de l’établissement où elle travaillait et s’est vu interdire l’accès aux emplois de l’enseignement publics, à l’instar de milliers d’autres enseignants de la communauté baha’ie. Elle a occupé, pendant 15 ans, le poste de directrice de l’Institut d’enseignement supérieur baha’i, qui offre un cursus d’études alternatif à la jeunesse baha’ie. C’est en prison qu’elle s’est tournée vers l’écriture poétique pour la première fois : son premier recueil  a été publié en traduction anglaise le 1er avril 2013. Ses poèmes sont tour à tour décrits comme « un outil de documentation de l’Histoire », « une série de portraits des femmes emprisonnées avec elle », « un méditation sur l’impuissance, et sur la solitude ». Elle est mariée et a deux enfants, aujourd’hui adultes.

« J’ai rencontré Mahvash Sabet pour la première fois un jour d’été. Après plusieurs heures d’une attente pénible dans une pièce réservée aux avocats, j’ai enfin été autorisée à la rencontrer en présence de deux gardiennes … Il était évident que les prisonniers baha’is étaient privés d’air libre et de lumière du jour depuis longtemps : leur être tout entier semblait assoiffé de l’énergie de la chaleur et de la lumière du soleil. Et pourtant, en dépit de toutes ces épreuves, leur volonté était intacte. » Mahnaz Parakand, membre du Centre des défenseurs des droits de l’Homme et l’une des quatre avocats du groupe Yaran-i-Iran.

Appels

  • Saluer les premiers pas faits par le gouvernement du président Hassan Rouhani dans le sens d’une amélioration de la situation de la liberté d’expression en Iran ;
  • Appeler les autorités iraniennes à prendre des mesures supplémentaires pour faire montre de leur engagement pour les réformes en libérant Mahvash Sabet et l’ensemble des écrivains actuellement incarcérés en Iran pour le seul exercice de leur droit, légitime, à s’exprimer librement ;
  • Presser les autorités iraniennes pour qu’elles inscrivent sans plus attendre le droit à s’exprimer librement dans le droit et dans les pratiques du pays, comme le prévoit l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques que l’Iran a signé ;

Envoyez vos appels à :

Chef de la République Islamique

Ayatollah Sayed ‘Ali Khamenei

Bureau du Chef Suprême

Islamic Republic Street – End of Shahid Keshvar Doust Street,

Téhéran, République Islamique d’Iran

Forme d’adresse : Votre Excellence

Adresse courriel : info_leader@leader.ir

Compte Twitter : @khamenei_ir

Président

Hassan Rouhani

Bureau de la Présidence

Pasteur Square,

Pasteur Street,

Téhéran, République Islamique d’Iran

Forme d’adresse : Votre Excellence

Compte Twitter : @HassanRouhani

 

en copie au :

Secrétaire général, Haut conseil des droits de l’Homme

Mohammed Javad Larijani c/o Bureau du Chef du pouvoir judiciaire,

Pasteur St, Vali Asr Ave

South of Serah-e Jomhouri, Téhéran,

République Islamique d’Iran

Adresse courriel : larijani@ipm.ir (Objet : À l’attention de Mohammad Javad Larijani)

 

 

Nous vous conseillons d’envoyer la copie de tous les appels que vous enverrez au représentant diplomatique d’Iran dans votre pays. Pour consulter les coordonnées des ambassades dans le monde, cliquer ici

Réseaux sociaux : Utiliser l’hastag #ImprisonedWriter

Une proposition de tweet : #Iran libérer l’enseignante et poète Mavash Sabet, qui purge depuis 2008 une peine de 20 ans de prison #ImprisonedWriter @pen_int

PUBLICITÉ

Nous encourageons vivement les membres de PEN à :

  • Publier des articles et des avis dans la presse de leur pays, nationale comme locale, pour attirer l’attention sur la situation de la liberté d’expression en Iran.
  • Organiser des évènements grand public, des lectures, des conférences de presse, voire des manifestations.
  • Partager des informations sur l’Iran et votre action de campagne en faveur de Mahvash Sabet sur les réseaux sociaux

PAR SOLIDARITÉ

  • Nommer Mahvash Sabet membre honoraire de votre centre, et, ce faisant, mettre en place un dispositif à long terme de soutien et de plaidoyer pour elle et pour sa famille. Pour en savoir plus sur le programme de nomination de membres honoraires PEN International, veuillez vous reporter au Guide de défense des écrivains menacés PEN International/ Comité de défense des écrivains emprisonnés (Ve Partie, pp. 15-20). Si c’est ce que votre centre décide de faire, veuillez nous en informer de sorte à ce que nous puissions vous mettre en relation avec les autres centres qui travaillent d’ores et déjà sur ce dossier.

N’oubliez pas de nous tenir au courant des activités et actions que vous menez, et de nous envoyer un rapport, au plus tard le 15 décembre 2014, de sorte que nous pouvions le partager  avec les autres centres.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Cathy McCann, Comité de défense des écrivains emprisonnés, PEN International, Brownlow House, 50-51 High Holborn, London WC1V 6ER – Royaume-Uni   Tél : +44 (0)20 74 05 03 38   Fax : +44 (0)20 74 05 03 39 Adresse courriel : cathy.mccann@pen-international.org

image_print