Home Page > News Item > Journée internationale de la langue maternelle – 21 février 2014

Journée internationale de la langue maternelle – 21 février 2014

« Lorsque nous célébrons la langue, nous célébrons aussi la vie, l’humanité qu’elle nous confère, cette langue. Il ne suffit pas de respirer, de manger, de grandir : en tant qu’êtres humains, nous avons la capacité, par le biais de la langue, de penser, d’aimer, de communiquer, et d’influer sur notre environnement, de le façonner, de l’enrichir. »

Josep-Maria Terricabras, Chair of the PEN International Translation and Linguistic

PEN s’engage pour le respect de toutes les langues, et pour la défense et la promotion des langues minoritaires. Par l’intermédiaire de son comité Traduction et Droits linguistiques (CTDL), elle s’implique activement dans la mise en œuvre de campagnes destinées à promouvoir et défendre la diversité et les droits linguistiques.

C’est en 2011 que le CTDL a élaboré le Manifeste de Gérone relatif aux droits linguistiques, document en dix points destiné à être traduit et diffusé dans le monde entier en tant qu’outil de défense de la diversité linguistique. Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur www.pen-international.org/who-we-are/translation-linguistic-rights/girona-manifesto/

PEN International a entrepris d’étendre le champ de ses interventions en matière de droits linguistiques, et vient de se voir attribuer une subvention de l’UNESCO pour un projet d’étude et de développement des capacités qui l’amènera à travailler tout particulièrement avec les centres PEN du Kenya, de Serbie, d’Haïti et du Nigéria, vers le renforcement du secteur de l’édition créative en langues minoritaires dans ces pays.

La défense de la diversité linguistique est un élément récurrent et transversal de l’action de PEN. Cette année, pour marquer, le 21 février prochain,  la Journée internationale de la langue maternelle, nous nous entendons faire la part belle au travail considérable réalisé par les centres PEN dans ce domaine et à diverses manières dont la communauté PEN célèbre et défend la diversité linguistique. Ainsi :

Manifestations et activités organisées par les centres PEN à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle 2014
Programmes des centres PEN
Action internationale Plaidoyer et Politiques publiques
Résolutions de l’assemblée générale des délégués
Campagne en faveur des écrivains de langue minoritaire menacés
Littérature

1. Manifestations et activités organisées par les centres PEN à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle 2014

Les centres PEN du monde entier ont organisé de nombreux évènements, manifestations publiques et autres, pour marquer et fêter la Journée internationale de la langue maternelle 2014 : ainsi en va-t-il du centre PEN d’Afrique du Sud, du centre PEN de Sierra Leone et du centre PEN albanais. Le 21 février 2014, le centre PEN ouïgour  et le centre PEN français seront à Paris les hôtes d’une conférence portant sur les droits linguistiques ouïgours.

D’autres centres – dont le centre PEN de langue d’oc et le centre PEN allemand – ont contribué à la production de publications en langues minoritaires, et parallèlement, l’ensemble des centres se sont attachés à traduire et diffuser le Manifeste de Gérone dans leur langue locale pour la première fois, comme cela a été le cas du centre PEN du Nigéria, du centre PEN du Bangladesh, du centre PEN russe et du centre PEN hongrois.

Pour prendre connaissance du Manifeste de Gérone dans la ou les langues de votre choix, rendez-vous sur http://www.pen-international.org/who-we-are/translation-linguistic-rights/girona-manifesto/

Enfin, les centres ont mené différentes actions de plaidoyer autour de la Journée internationale de la langue maternelle, le centre PEN de Porto Rico notamment, qui a organisé des rencontres avec des représentants du gouvernement portoricain afin de plaider la cause de l’éducation en langue espagnole et de la nécessité de l’adoption et de la mise en œuvre de politiques publiques dans ce sens.

2. Programmes des centres PEN

PEN International travaille avec les centres PEN du monde entier grâce à la mise en œuvre de divers projets, campagnes et manifestations. Son objectif : souligner l’importance de la lecture et de l’écriture comme outils de défense et de promotion de la liberté d’expression, de la construction de la paix dans le monde, du dialogue interculturel et du développement. Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur http://www.pen-international.org/programmes/

Bon nombre des projets et programmes en cours traitent de questions liées aux droits linguistiques et à l’éducation et l’enseignement en langue maternelle. Ainsi :

Centre PEN des écrivains tibétains vivant à l’étranger

Tibetan Writers Abraod PEN Centre

Le centre PEN des écrivains tibétains vivant à l’étranger a créé en Inde plusieurs écoles tibétaines aujourd’hui reconnues, qui ont vocation à promouvoir la connaissance de la langue et de la littérature tibétaine auprès des enfants tibétains qui vivent en exil. Il entend capitaliser sur cette réussite et organiser en 2014 six ateliers pédagogiques dans le cadre du programme Société civile de PEN International.

 

Centre PEN d’Afrique du Sud

South African PENLe centre PEN d’Afrique du Sud s’est lancé dans une collaboration avec les organisateurs de la campagne d’alphabétisation « Nal’ibali », qui a pour objet la traduction, dans les 11 langues officielles que compte l’Afrique du Sud, d’histoires pour la jeunesse écrites par des écrivains africains. Son objectif, en permettant aux enfants de lire ces histoires dans leur langue maternelle, est de contribuer au développement social, émotionnel et éducatif de l’enfant et à la promotion de la littérature et de la diversité linguistique d’Afrique du Sud. Par ailleurs, ce centre a inscrit dans son agenda 2014 la traduction d’un ouvrage scientifique en langue zulu et xhosa dans l’intention de montrer combien il est important que la production écrite scientifique soit accessible dans toutes les langues employées en Afrique du Sud.

Centre PEN de Porto Rico

PEN Puerto Rico

En 2013, le centre PEN de Porto Rico a organisé cinq ateliers d’écriture créative en partenariat avec différents établissements scolaires et universitaires du pays, dans une démarche d’aide à l’insertion et à l’amélioration de l’accès des communautés portoricaines à la lecture et à l’écriture. Ces ateliers, ouverts à tous les groupes d’âge, aux enfants du primaire comme aux étudiants de l’enseignement supérieur et au grand public,  ont été autant d’occasions de parler poésie, nouvelles, romans. Ils ont également servi à plaider la cause de l’emploi de l’espagnol dans les ateliers de lecture et d’écriture créative, et sont venus compléter les actions de plaidoyer de ce centre en faveur de l’éducation et de l’enseignement en espagnol.

3. Action internationale Plaidoyer et Politiques publiques

L’engagement de PEN International, déjà ancien, pour la promotion et la préservation de la diversité linguistique, est inscrite depuis 2011 dans le Manifeste de Gérone relatif aux droits linguistiques, document en dix points destiné à être traduit et diffusé dans le monde entier en tant qu’outil de défense de la diversité linguistique. PEN a également joué un rôle de tout premier plan dans les préparations et la rédaction de la Déclaration universelle des droits linguistiques qui a été signée par l’UNESCO en 1996.

Pour toute information complémentaire sur l’action de PEN International en matière de politiques publiques et de plaidoyer dans ce domaine particulier, rendez-vous sur http://www.pen-international.org/what-we-do-2/policy-advocacy/linguistic-rights/

4. Résolutions de l’assemblée générale des délégués

Assembly of Delegates Resolution

L’assemblée générale des délégués de PEN International, réunie en congrès annuel, a adopté au cours des années un certain nombre de résolutions concernant la traduction d’œuvres et les droits linguistiques. Lors du 79e congrès annuel de l’organisation, qui s’est tenu au mois de septembre 2013 à Reykjavik, en Islande, les résolutions suivantes ont été adoptées :

  • Résolution visant à permettre aux Tibétains de préserver, d’exercer librement et d’étudier leur langue maternelle sans ingérence extérieure.
  • Résolution appelant la Turquie, l’Iran et la Syrie à protéger et à défendre la langue kurde dans les régions historiquement peuplées par des Kurdes.
  • Résolution priant instamment les autorités portugaises à permettre la restitution du portugais européen en tant que langue officielle des affaires et de l’enseignement, et à prendre en compte les avis rendus par les experts en la matière.
  • Résolution priant instamment les autorités françaises à ratifier sans plus attendre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (1992).
  • Résolution appelant les autorités suisses à reconsidérer le statut de l’arpitan – ou francoprovençal – parlé sur son territoire et actuellement considéré comme un patois, et à lui octroyer le statut de langue à part entière.
  • Résolution visant à rappeler au gouvernement de Navarre ses obligations en matière de défense de la langue basque, et, à ce titre, l’enjoignant à respecter le droit des bascophones de Navarre à parler leur langue dans tous les domaines, et notamment dans les médias et l’éducation.

Pour prendre connaissance de ces résolutions dans leur version intégrale, rendez-vous sur http://www.pen-international.org/campaign/how-to-campaign/linguistic-rights-resolutions-passed-at-79th-international-congress-reykjavik-iceland/

Ces résolutions ont été transmises aux différents gouvernements et organes régionaux concernés. PEN International et son CTDL poursuivent leur action de plaidoyer sur l’ensemble des questions présentées par l’assemblée générale des délégués.

5. Campagne en faveur des écrivains de langue minoritaire menacés

PEN International fait campagne pour garantir que l’ensemble des écrivains puissent s’exprimer librement dans leur langue maternelle, et travaille à faire entendre la voix de ceux qui sont emprisonnés ou persécutés pour s’être ainsi exprimés : aujourd’hui encore, dans le monde entier, les écrivains de langue minoritaire continuent d’être opprimés. Le comité de défense des écrivains emprisonnés se livre à une veille et une défense actives d’affaires d’écrivains menacés, affaires qui concernent notamment des écrivains engagés pour la défense des droits linguistiques, comme c’est le cas de

Le 9 janvier 2013, le comité de défense des écrivains emprisonnés de PEN International a réitéré son appel à information sur le bien-être et la sécurité de l’écrivain ouïgour Nurmuhemmet Yasin, arrêté en novembre 2004 et condamné à dix ans de prison pour « incitation au séparatisme ouïgour » dans sa nouvelle Yawa Kepter [Le pigeon sauvage], qui a été diffusée sur la radio libre en langue ouïgoure, Radio Free Asia (RFA). Depuis, nous sommes sans nouvelles de lui, et PEN continue à exiger sa libération immédiate et inconditionnelle.

Si vous souhaitez lire cette nouvelle – Yawa Kepter [Le pigeon sauvage] – dans sa version en anglais, nous vous invitons à cliquer sur les deux liens ci-dessous, qui vous permettront d’accéder respectivement à la première partie et à la deuxième partie de cette nouvelle :

http://www.rfa.org/english/uyghur/wild_pigeon-20050627.html?searchterm:utf8:ustring=wild+pigeon

http://www.rfa.org/english/uyghur/wild_pigeon2-20050627.html?searchterm:utf8:ustring=wild+pigeon

Nous invitons tous les centres à renouveler leur appel aux autorités chinoises à la lumière des recommandations du Réseau d’intervention rapide [Rapid Action Network – RAN] en matière d’actions de plaidoyer.

N’hésitez pas non plus à adresser des messages de solidarité et de soutien à Nurmuhemmet Yasin :

Nurmuhemmet YASIN (努尔莫哈提·亚辛) : écrivain ouïgour indépendant, arrêté le 29 novembre 2004 et condamné à 10 ans de détention.   

http://www.pen.org/defending-writers/test-first-name-test-middle-name-test-last-name/nurmuhemmet-yasin

NYLieu de détention :

Prison n° 1 Xinjiang

Siping Road 5, Urumqi City 830013

Région autonome ouïgoure du Xinjiang

République populaire de Chine

新疆乌鲁木齐市新疆第一监狱,邮编830013

 

  • Saïd Matinpour (Iran)

Saïd Matinpour, journaliste à l’hebdomadaire Yarpagh, publié en azéri, a été condamné en 2008, à huis clos, à huit ans de prison avec sursis par un tribunal révolutionnaire de Téhéran, pour « relations suivies avec des étrangers » et « publicité contraire aux principes de la République islamique ». Ces charges sont liées à son activisme en faveur des droits linguistiques azerbaïdjanais.

  • Hilal Mamedov (Azerbaïdjan)

Hilal Mamedov, le rédacteur en chef du quotidien indépendant Talyshi Sado [La Voix de la Perse] et défenseur des droits de l’Homme, qui écrit en talishi – l’une des branches du persan – a été incarcéré le 21 juin dernier (2013), accusé d’espionnage pour le compte de l’Iran. Son prédécesseur, Novruzali Mamedov, est mort en prison en 2009 après avoir été inculpé d’espionnage pour le compte de l’Iran et condamné à 10 ans d’emprisonnement.

Littérature

Tout au long de cette année 2014, PEN International continuera de publier et de promouvoir la littérature en traduction, et d’organiser des manifestations en langues diverses. Vous trouverez ci-dessous plusieurs textes à savourer à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle !

Pour lire une interview avec l’écrivaine et activiste syrienne Samar Yazbek, cliquez ici.

Pour lire une interview avec Blaže Minevski, cliquez ici.

Pour lire un message du Président du comité Traduction et Droits linguistiques cliquez ici.

image_print