Journée internationale de la langue maternelle: une célébration du travail des Centres PEN


Le 21 février, la communauté mondiale de PEN a célébré la journée internationale de la langue maternelle. Cette année, le thème de la Fête des Langues Maternelles était « language education counts » (l’éducation de langues a de l’importance) :

Selon UNESCO, « l’enseignement approprié de langues» est fondamental pour permettre aux apprenants de profiter d’une éducation de qualité, d’apprendre à travers la vie et d’avoir accès aux informations. Il est possible si on utilise une approche de l’enseignement de langues qui promeut l’emploi d’au moins trois langues : une de laquelle devrait être la langue maternelle ou la première langue.

Chaque année le PEN international travaille avec des centres PEN au travers le monde pour souligner l’importance de l’écriture et de la lecture comme des outils pour promouvoir la liberté d’expression, la consolidation globale de la paix, le dialogue culturel, et le développement par des programmes et des activités de société civile. Un grand nombre de ces programmes ont abordé des problèmes de droites linguistiques et d’enseignement de langues maternelles. Par exemple :

OFFRIR AUX ENFANTS UNE LITTÉRATURE DANS LEUR LANGUE MATERNELLE

SA 1

PEN Afrique du Sud a collaboré avec la PRAESA, l’organisme chargé de la campagne nationale Nal’ibali (Lire pour le plaisir) en Afrique du Sud, afin de traduire quatre histoires pour enfants en xhosa, en afrikaans, en zulu, en sepedi et en sesotho. Les histoires ont ensuite été remises à plusieurs clubs de lecture du pays, pour ainsi rejoindre 6 000 enfants, en plus des 15 000 copies parues dans les journaux. En 2014, PEN Afrique du Sud s’est remis à travailler avec PRAESA pour traduire en xhosa et en zulu le livre pour enfants George et les secrets de l’univers. Ces traductions ont le potentiel d’éveiller chez les enfants plus âgés le désir d’en apprendre davantage sur la science et l’univers. Ces deux programmes ont contribué à la publication de textes en langues africaines, ainsi qu’à renforcer le statut et la respectabilité de ces langues, tout en faisant la promotion du droit d’accès des peuples à une littérature écrite dans leur propre langue.

ATELIERS D’ÉCRITURE ET DE LITTÉRATURE DANS LES ÉCOLES TIBÉTAINES ET LES INSTITUTS RELIGIEUX EN EXIL

SA 3

À travers son programme destiné à la société civile, le centre PEN des écrivains tibétains à l’étranger cherchait à stimuler l’intérêt pour la langue et la littérature tibétaines et à accroître leur connaissance par les enseignants et les étudiants tibétains en exil. Le centre offrait des ateliers d’écriture et de littérature dans les écoles tibétaines et les instituts religieux en exil, en encourageant les étudiants à écrire de la poésie, des histoires et de la prose sur la vie d’exilé. De plus, ce programme a visé également à donner aux jeunes tibétains une meilleure connaissance des enjeux relatifs à la liberté d’expression et aux droits de l’homme.

 

PEN Porto Rico

SA 4

PEN Porto Rico sait que l’éducation publique à Porto Rico est confrontée à des défis importants, qui se reflètent dans la détérioration de la qualité de l’enseignement. En organisant des ateliers de création littéraire, le centre cherchait à rapprocher la littérature des communautés et des écoles publiques afin que les jeunes puissent voir les mots comme leurs alliés et s’adonner à la création. PEN Porto Rico a adopté le slogan « Expression et créativité » avec l’espoir d’aider les étudiants à réaliser l’étendue de ce qu’ils peuvent réaliser avec un crayon et du papier.

PEN RÉCONCILIATION: PEN Bosnie-Herzégovine 

BH 1

PEN Bosnie-Herzégovine a tenu des conférences sur la liberté d’expression en Bosnie-Herzégovine et, plus largement, dans les Balkans occidentaux. Les thèmes abordés ont inclus le rôle de l’art et de la littérature dans les villes divisées par le conflit, les outils favorisant la traduction littéraire régionale, la littérature comme moyen d’expression démocratique et la situation des auteurs et artistes dans les institutions culturelles publiques au sein des sociétés d’après-guerre et transitionnelles.