La Journée internationale de la femme


malawi

Le PEN Malawi travaille en étroite collaboration avec les écoles, les universités et les communautés rurales dans le but de promouvoir l’amour de la lecture, non seulement durant les périodes d’examens scolaires, mais également pour le plaisir et la vie de tous les jours. Les programmes de PEN Malawi soulignent l’importance de reconnaître la littérature orale comme une forme de littérature authentique et d’encourager les possibilités d’apprentissage pour tous, hommes et femmes, dans les zones rurales et urbaines.

Le PEN Malawi soutient le groupe de lecture rural des femmes de Namisu en leur fournissant des supports de lecture et en organisant des activités bimensuelles. Le Club de lecture de Namisu reconnaît que beaucoup de femmes au Malawi ne bénéficient pas d’une forme de scolarité au-delà des classes primaires et qu’en conséquence, elles ne sont pas en mesure de développer complètement des aptitudes et habitudes de lecture. Le programme cherche à inverser cette tendance. Le nombre de femmes participant aux réunions a considérablement augmenté. Elles y traduisent de l’anglais vers la langue vernaculaire des supports traitant d’une variété de questions qui relèvent d’un intérêt particulier pour les femmes, notamment en ce qui concerne le HIV/SIDA, l’entrepreneuriat, l’environnement, le changement climatique et le handicap. Le centre a également mis sur pied avec l’école secondaire de Nkhamenya un programme visant à promouvoir le développement des jeunes filles et des femmes dans des domaines de la vie où elles sont sous-représentées.

La gent féminine a également été au cœur de l’événement de PEN Expérience, Pazitsa, qui s’est tenu le 19 juillet 2014 au Malawi. Pour la première fois dans l’histoire du centre, les femmes du Club de lecture de Namisu, l’atelier des écrivains du Collège Chancellor, un représentant de l’Université catholique et les membres du centre se sont retrouvés sous le même toit.

SL

Le PEN Sierra Leone organise avec succès des clubs scolaires et soutient le développement de la bibliothèque depuis 2007. Le besoin de mettre sur pied de tels programmes s’est fait sentir à la suite de la guerre civile qui a duré onze ans (1990 – 2001) et a perturbé durablement l’instruction de telle sorte que le système d’éducation s’en trouve quasiment interrompu, affectant toute une génération d’enfants en âge d’aller à l’école. Lors des sessions de clubs scolaires, les étudiants discutent d’un éventail de questions sociales contemporaines, y compris de la place et des droits des femmes et des jeunes filles dans la société.

« Si l’on mettait davantage l’accent sur l’éducation des filles, elles pourraient à leur tour prendre la défense d’autres femmes et de personnes dans le besoin, encourager le développement et aider à venir à bout des obstacles qui empêchent leur participation active [et] leur existence. »Patricia Dosumu, membre du club scolaire de PEN de la Queen of the Rosary School à Bo, en Sierra Leone, écrit sur l’importance de l’éducation des filles