Home Page > News Item > Langue et identité nationale – célébration de la Journée internationale de la langue maternelle 2016

Au cours des 18 mois derniers, PEN International a géré un projet dans quatre pays répartis sur trois continents visant à développer l’édition en langue maternelle. Parrainé par le Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO, ce projet réunit des composantes de recherches et de renforcement des capacités en collaboration avec les Centres PEN du Kenya, de la Serbie, de Haïti et du Nigeria pour consolider les industries de l’édition créative dans les langues minoritaires dans ces pays.

PEN reconnait depuis longtemps que l’enseignement des langues et dans la langue maternelle joue un rôle prépondérant eu égard à l’identité, la communication, l’intégration sociale l’éducation et le développement. L’accès à l’éducation dans la langue maternelle est synonyme de promotion de la liberté d’expression, de la diversité linguistique, de la consolidation de la paix et de l’égalité des sexes. On estime qu’en l’absence de mesures visant à protéger et promouvoir les langues minoritaires et les langues menacées, la moitié des quelque 7 000 langues qui sont parlées aujourd’hui dans le monde auront disparu d’ici la fin du XXIe siècle.

Lors de la 77e édition du Congrès de PEN International, l’Assemblée des délégués a approuvé le Manifeste de Girona sur les droits linguistiques – un outil visant à aider à la diffusion et à la mise en œuvre de la Déclaration Universelle des Droits Linguistiques (DUDL) – élaboré par le Comité de la Traduction et des Droits Linguistiques de PEN International au mois de mai 2011. Quinze ans plus tôt, ce Comité avait mené une coalition d’organisations internationales et de la société civile (et notamment l’UNESCO) pour élaborer la DUDL lors de la Conférence mondiale de 1998 sur les droits linguistiques organisée à Barcelone.

Le thème de la Journée internationale de la langue maternelle de cette année est axé sur le rôle de l’enseignement en langue maternelle dont le programme sur le développement durable – « l’Agenda 2030 » – fait la promotion. Ce thème souligne l’importance de langues d’instruction appropriées, habituellement les langues maternelles, dans la scolarité au cours de la petite enfance. Il est indispensable que l’éducation tant officielle qu’informelle offre un enseignement de qualité à tous les apprenants en adoptant une approche multilingue qui a le potentiel accru d’atteindre l’objectif de développement durable 4 de l’Agenda 2030, à savoir celui d’assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et [de] promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. Pour tout complément d’informations sur l’éducation dans la langue maternelle, veuillez consulter les travaux menés par l’UNESCO dans ce domaine.

De nombreuses problématiques associées à l’utilisation de la langue se trouvent au cœur même de la liberté d’expression. On compte parmi celles-ci l’inclusivité, en vue de permettre la pleine participation des minorités linguistiques à la société. Il n’est possible de garantir une participation efficace que par le biais de l’accès à une éducation en langue maternelle de qualité, de la promotion de la diversité linguistique comme thème de la politique du gouvernement et de la traduction plus répandue de la littérature en langues minoritaires par le truchement de l’attribution de ressources adéquates.

Il existe toute une myriade de recherches qui attestent de la valeur de l’éducation en langue maternelle dans la promotion de la liberté d’expression, de la diversité linguistique, de la consolidation de la paix et de l’égalité des sexes, sans qu’il s’agisse d’une liste exhaustive. L’accès à l’éducation dans la langue maternelle peut en particulier :

  1. Améliorer l’accès à l’enseignement des enfants issus de communautés minoritaires et sa qualité ;
  2. Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des filles et des femmes issues de communautés minoritaires ;
  3. Optimiser l’utilisation des ressources pédagogiques ;
  4. Accroître le dialogue et l’interaction entre l’apprenant et l’enseignant ;
  5. Renforcer l’aspect cognitif de l’apprentissage ;
  6. Améliorer la communication et la prestation des services publics ;
  7. Contribuer à la stabilité, à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix ;
  8. Promouvoir la diversité culturelle et l’égalité.

PEN International a travaillé en étroite collaboration avec un grand nombre de ses Centres à travers le monde là où une attention particulière est portée à l’accès à l’éducation dans la langue maternelle, aux droits linguistiques et à la diversité dans le cadre de son programme sur la société civile.

PEN Zambie fait la promotion des langues autochtones écrites et parlées auprès de la jeunesse zambienne en organisant des ateliers de création littéraire.

PEN Afrique du Sud a conclu un partenariat avec PRESA afin d’organiser des projets de traduction visant à encourager les enfants d’Afrique du Sud à lire des livres de qualité dans leur langue maternelle.

PEN Afrikaans tient une série d’ateliers intensifs de création littéraire dans sept villages du Cap du Nord afin de mettre par écrit la riche tradition des contes oraux de la région. Cette initiative va permettre d’assurer la survie de ces histoires et de les mettre à la disposition d’un public plus large et nouveau en les publiant en afrikaans.

PEN Philippines approfondit son travail auprès de la société civile en tenant une série d’ateliers dans les écoles secondaires et avec les enseignants des programmes de formation complémentaire, pour les sensibiliser à l’éducation et à la littérature en langue maternelle dans le pays.

PEN Cymru (Pays de Galles) travaille de concert avec les centres PEN Kurde et PEN Turquie pour promouvoir les droits linguistiques des Kurdes à travers un projet de création littéraire et de traduction dans certaines écoles de l’est de la Turquie.

PEN Malawi a mis sur pied un comité de traduction qui a pour mandat de traduire en chichewa des outils essentiels de documentation sur des enjeux comme l’identité sexuelle, l’entrepreneuriat, les changements climatiques, le VIH/SIDA et les difficultés liées à un handicap. Le chichewa est une des principales langues maternelles du pays. Actuellement, la documentation officielle aux Philippines est surtout publiée en anglais.

Chaque année, à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, PEN International fait campagne au nom des écrivains qui ont subi persécutions, agressions, harcèlement et ont même été assassinés en raison de leurs travaux en faveur de l’égalité des langues maternelles. Cette année, PEN fait campagne pour la libération de l’écrivain érythréen et militant pour l’éducation en langue maternelle Idris Said Aba Arre qui est en détention arbitraire et au secret en Érythrée depuis son arrestation en 2001. Agissez pour Aba Arre en cliquant ici.

 

image_print