Les activistes demandent une responsabilité accrue des gouvernements dans le cadre du plan de développement de l'ONU


UNGA
3 fév 2014

Plus de 190 groupes de la société civile appellent les Nations Unies (ONU) à mettre la responsabilité des gouvernements et des médias indépendants au cœur d’un nouveau cadre pour le développement mondial.
L’ONU travaille actuellement à l’élaboration d’un programme de développement mondial pour l’après 2015, date butoir pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Ce nouveau programme fixera les priorités pour le développement à travers le monde pour les prochaines décennies. Cette semaine, le Groupe de Travail sur les Objectifs de Développement Durable se réunit à New York pour poursuivre les discussions sur la gouvernance.

Dans une déclaration conjointe, coordonnée par ARTICLE 19 et Global Forum for Media Development (GFMD), 197 organisations affirment que l’accès à l’information et la liberté des médias sont des éléments fondamentaux pour un plan de développement de l’avenir. Les mécanismes permettant aux individus de tenir les gouvernements responsables sont essentiels à la croissance économique, l’égalité sociale et la durabilité environnementale.

«Il est crucial que l’ONU tienne compte du large soutien en faveur de l’inclusion de la liberté des médias et l’accès à l’information en tant qu’éléments essentiels de la nouvelle stratégie de développement. L’instauration de gouvernements transparents est une condition indispensable afin de garantir un développement significatif”, a déclaré Thomas Hughes, Directeur Exécutif d’ARTICLE 19.

« La libre circulation de l’information permet aux personnes de prendre des décisions éclairées et de participer de façon significative dans les débats publics sur des questions qui affectent leurs vies. L’information est également essentielle pour encourager l’innovation et la créativité. L’accès à l’information et des médias libres et indépendants sont essentiels afin d’obliger les gouvernements à rendre compte de leurs promesses et pour préserver les engagements relatifs au développement », a ajouté Hughes.

« Avec cette déclaration, les groupes de la société civile de toutes les régions du monde se tournent vers leurs représentants au sein des Nations Unies. Ignorer le rôle des médias et de l’information en favorisant la transparence et la reddition de comptes serait une absurdité alors que l’on fixe des objectifs et cibles de développement pour les prochaines décennies. L’accès à l’information et les médias indépendants sont essentiels pour le développement. Comme le Groupe de Travail sur les Objectifs de Développement Durable réunit de nouveau cette semaine, il est de la plus haute importance qu’ils tiennent compte de ce message », a déclaré Leon Willems, Président du GFMD.

La coalition exhorte l’ONU à :
• établir un objectif spécifique «d’assurer la bonne gouvernance et l’efficacité des institutions»
• inclure en tant que composantes de cet objectif une clause visant d’une part à «s’assurer que les personnes jouissent de la liberté de parole, d’association et de manifestation pacifique, de l’accès aux médias indépendants et à l’information» et d’autre part, de «garantir le droit du public à l’information et l’accès aux données des gouvernements»

L’année dernière, un groupe consultatif de haut niveau – chargé de conseiller le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon, sur l’agenda post 2015 – a recommandé un nouvel objectif sur la bonne gouvernance pour un plan de développement de l’avenir. Cet objectif serait notamment de s’assurer que les personnes ont le droit à la libre expression, l’indépendance des médias et l’accès à l’information. Le rapport du groupe (Pour un Nouveau Partenariat Mondial :
Vers l’Eradication de la Pauvreté et la Transformation des Economies par le biais du Développement Durable) a été accueilli largement pour reconnaître le rôle essentiel que les droits humains jouent afin d’assurer un développement économique et social significatif.

« Le panel de haut niveau a clairement signifié que l’accès à l’information, la transparence et la responsabilité des gouvernements sont essentiels pour assurer le développement. Pour avoir un impact, ces recommandations doivent être mises en œuvre et officiellement intégrées à l’ordre du jour de l’après 2015», a déclaré Thomas Hughes.

Notes
Pour voir la liste complète des signataires, visiter www.gfmd.info ou www.article19.org
Pour ajouter la signature de votre organisation, envoyer un email au coordinator@gfmd.info