Home Page > News Item > Turquie : Il faut respecter la liberte d’expression

17 juillet 2017 – Il y a un an, une tentative de coup d’Etat sanglante s’est traduite par la mort de plus de 200 personnes et des milliers de blessés. Bien que nous reconnaissons le droit des autorités turques de déférer à la justice les responsables de ces événements violents, la répression brutale et sans précèdent qui a suivi a pratiquement réduit au silence les voix critiques.

Plus de 160 organes de presse et maisons d’édition ont été fermés depuis juillet 2016. Plus de 165 journalistes et professionnels des médias ont été arrêtés et sont actuellement en attente de procès. La Turquie détient le triste record du pays ayant incarcéré le plus grand nombre de journalistes dans le monde, dépassant la Chine et l’Erythrée réunies. Jamais dans l’histoire quasi centenaire de PEN n’avons-nous vu autant d’écrivains en prison à la fois dans un même pays. Plus de 145,000 fonctionnaires ont été limogés de manière arbitraire et plus de 47,000 personnes ont été placées en détention provisoire. La population kurde de Turquie a été affectée de manière disproportionnée, avec les arrestations de journalistes et parlementaires kurdes, la fermeture de médias pro-kurdes et le remplacement forcé d’élus locaux.

Il s’agit bien plus que de simples statistiques. Il s’agit de personnes dont la vie a été brisée pendant que les autorités turques abusent des dispositions de l’état d’urgence en vue de museler la dissidence.

Un an après la tentative de coup d’Etat, les Centres PEN et ses membres à travers le monde exhortent les autorités turques à mettre immédiatement fin à ces vastes attaques, à lever l’état d’urgence et à respecter la liberté d’expression, pierre angulaire de toute société juste et libre.

« La Marche pour la Justice – du 15 juin au 9 juillet – fut un moment historique de lumière et de courage. Le monde a observé avec respect les milliers de personnes ayant parcouru 450 kilomètres entre Ankara et Istanbul dans l’espoir de restaurer les libertés en Turquie. Nous espérons que les autorités et le pouvoir judiciaire turcs écouteront l’appel vaillant à la justice de leur peuple. » Jennifer Clement, Présidente internationale de PEN.

Centre PEN Tchétchène

PEN danois

PEN français

PEN allemand

Centre PEN Ghana

PEN hongrois

PEN islandais

PEN kurde

PEN norvégien

PEN palestinien

PEN afrikaan

PEN américain

PEN autrichien

PEN Bangladesh

PEN cambodgien

PEN canadien

PEN catalan

Centre PEN de Bosnie Herzégovine

PEN Erythréens en exil

PEN libanais

PEN mexicain

PEN Myanmar

PEN roumain

PEN sud-africain

PEN Suisse Romand

PEN Trieste

PEN Philippine

Centre PEN portugais

PEN russe

PEN San Miguel

Centre PEN serbe

Centre PEN Slovène

PEN suédois

image_print