Home Page > News Item > Turquie : La directrice d’amnistie internationale en Turquie ainsi que les autres activistes doivent êtres relâchés

6 juillet 2017 – PEN International a aujourd’hui déclaré que les autorités turques devraient immédiatement remettre en liberté Idil Eser, Directrice d’Amnistie internationale en Turquie, ainsi que sept autres défenseurs des droits de l’homme et deux formateurs détenus après qu’ils aient participé à un atelier.

Leur capture par la police s’est déroulée le 5 juillet 2017 alors qu’ils prenaient part à un atelier sur la sécurité numérique et sur la gestion de l’information sur l’île de Büyükadam, près d’Istanbul. Selon Amnistie internationale, ils ont initialement été détenus au secret et on leur aurait refusé l’accès à un avocat et à leur famille. Les dernières informations médiatiques soutiennent qu’ils sont actuellement détenus dans cinq différents postes de police.

« Nous sommes consternés par la détention scandaleuse d’Idil Eser et de ses collègues, et nous demandons leur remise en liberté immédiate et inconditionnelle », a déclaré Carles Torner, Directeur Exécutif de PEN International. « Nous souhaitons exprimer notre sincère solidarité avec ceux qui travaillent à faire progresser les droits de l’homme en Turquie et ceux dont les voix sont réduites au silence par les autorités. Cette répression implacable doit prendre fin une fois pour toutes. »

Cette dernière série d’arrestations met à nouveau en lumière l’assaut soutenu contre la société civile et la liberté d’expression en Turquie.   À la suite du coup d’État raté du 15 juillet 2016, les autorités turques ont entrepris une répression sans précédent contre ses opposants et contre ceux perçus comme critiques du régime. Plus de 160 médias et maisons d’édition ont été fermés depuis juillet 2016 et environ 165 journalistes et travailleurs des médias ont été emprisonnés en attente de leur procès. Plus de 145 000 fonctionnaires ont été licenciés, dont plus de 47 000 membres de l’armée, de la police et du corps enseignant ayant été emprisonnés en attente de leur procès sur des accusations d’implication dans la tentative de coup d’État et d’association avec la prétendue « Organisation Terroriste Fethullah Gülen » (FETÖ).

PEN International presse les autorités turques à remettre immédiatement en liberté tous ceux qu’elles ont emprisonnés pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’opinion et d’expression. Alors que les chefs d’État mondiaux se réunissent à Hambourg pour le sommet du G20, l’organisation appelle en outre la communauté internationale à exhorter la Turquie à défendre la liberté d’expression, conformément à ses obligations internationales en matière de droits de l’homme.

Information additionnelle

La liste des personnes arrêtées depuis le 5 juillet 2017 inclue : Idil Eser, Directrice d’Amnistie internationale en Turquie, İlknur Üstün, de la Women’s Coalition, Günal Kurşun, avocat, de la Human Rights Agenda Association, Nalan Erkem, avocat, de l’Assemblée Citoyenne, Nejat Taştan, de la Equal Rights Watch Association, Özlem Dalkıran, de l’Assemblée Citoyenne, Şeyhmuz Özbekli, avocat, Veli Acu, de la Human Rights Agenda Association ainsi que deux formateurs étrangers.

Le président d’Amnistie International en Turquie, Taner Kiliç, accusé d’être membre de la FETÖ, demeure en détention.

 

image_print