Home Page > News Item > TURQUIE – les Écrivains Nedim Þener et Ahmet Þýk en attente de leur procèsl

RAN 10/11 mise-à-jour # 2 Le 13 Mars 2012

Le Comité pour la Défense des Écrivains Persécutés – CODEP du PEN International se réjouit de la relaxe annoncée le 12 mars des écrivains Nedim Şener et Ahmet Şık, au terme d’une année d’emprisonnement. Leur procès va néanmoins perdurer au cours de procédures interminables, peut-être des mois durant, des années même. Le PEN International s’inquiète de ce que ces écrivains soient passibles de condamnations à de lourdes peines d’emprisonnement à la suite de condamnations déjà jugées contraires aux normes internationales de protection en matière de liberté d’expression.

Le 12 mars 2012, le 16e Haut tribunal d’Istanboul ordonnait la relaxe avant procès de Şener et Şık, ainsi que celles de deux journalistes de la télévision ayant subi leur procès pour la même cause. Six autres accusés seront pour leur part détenus. Le juge Mehmet Ekinci a statué que les quatre premiers accusés devraient être libérés en raison de la “possibilité de variante quant à la nature de leur crime” et du fait que ces accusés avaient déjà purgé plus d’une année de prison. La prochaine audience de la cour aura lieu le 18 juin. Pour plus d’information à ce sujet, voir Bianet, Journalists Sik and Sener Released.

Arrière-plan

Nedim Şener a .été acquitté en 2010 en raison de son livre impliquant les Forces de Sécurité Turques, les accusant dans du meurtre de 2007 du rédacteur turco-américain Hrant Dink. Il a depuis lors publié deux autres ouvrages sur des questions connexes Vendredi Rouge – Qui a brisé le stylo de Hrant Dink? Et Fetullah Gülen et la Communauté Gülen des documents de l’’ Ergenekon. Le mouvement Gülen est un mouvement islamique engagé dans la promotion du dialogue inter-religieux. On croit que l’arrestation de Şener serait due à ses recherches des prétendus arguments selon lesquels leur mouvement aurait pris un ascendant et exercerait une influence indue en marge de l’enquête sur l’Ergenekon.

La Police aurait saisi le manuscrit sous forme de brouillon d’un ouvrage d’Ahmet Şık, lequel, comme Şener, est l’auteur d’ouvrages d’enquête au sujet de l’Ergenekon. On le dit également parmi ceux qui ont enquêté au sujet d’implication possible de la police dans le mouvement Gülen. Il subit déjà un procès pour ses deux ouvrages écrits sur l’Ergenekon, à titre de co-auteur avec le journaliste Ertugrul Maviolgu, procès qui a débuté en octobre 2010 et dont l’issue pourrait entraîner quatre années de prison ferme. Les auteurs sont accusés d’avoir divulgué des secrets d’État. (Voir également sur cette cause dans PEN alert)

Les commentaires parvenus des hautes personnalités du gouvernement turc qui en réponse à des questions au sujet de soi-disant quantité, sinon de centaines de journalistes détenus en Turquie, soulignerait le mépris à l’égard des journalistes et de l’opinion internationale, un signe de la détérioration du climat en matière de liberté d’expression. Récemment, Egemen Bagis, le ministre turc pour les affaires européennes, qui s’exprimait au cours d’une interview sur la BBC World News ‘Hard Talk’, niant que les journalistes étaient détenus en raison de leurs écrits, précisant même : “il n’y a aucun journaliste derrières les barreaux dans aucun pays” et il suggéra que ceux qui sont détenus en Turquie sont des criminels. En plus des cas Sener et Sik, PEN fait campagne pour obtenir la libération du rédacteur Ragip Zarakolu, de son fils Deniz Zarakolu, du professeur Büsra Ersanli, du traducteur Ayse Berktas et d’autres détenus en violation de leurs droits à liberté d’expression et d’association. Voir d’autres renseignements ici. PEN enquête également au sujet de quantités d’autres journalistes détenus en Turquie, sans omettre le suivi de quantité d’autres cas similaires.

Renseignements:

Hürriyet: Journalists Libérés après avoir passé 375 jours derrière les barreaux

L’OSCE, Représentant la libération des médias, accueille avec joie la libération de journalistes turcs

Prière d’adresser vos commentaires sur les journalistes détenus, voir le New Yorker blog.

Adresser les appels:

Accueillant la relaxe, en attendant leur procès, d’Ahmet Şık et de Nedim Şener tout en exprimant votre inquiétude que le procès dressé contre eux se poursuive davantage, et
Vous référant à vos inquiétudes selon lesquelles ces deux personnes sont poursuivies sous des accusations contraires à leur droit à la liberté d’expression tel que garanti par l’Article 10 de la Convention Européenne des Droits Humains.

Prière d’adresser vos appels à:
Mr Sadullah Ergin
Minister of Justice
06669 Kizilay
Ankara
Turkey
Fax: 00 90 312 419 3370
Courriel : sadullahergin@adalet.gov.tr

Également à l’ambassadeur de la Turquie dans votre pays de résidence.

**Prière de communiquer avec le bureau du PEN CODEP/WiPC de Londres si votre envoi devait tomber après le 18 juin 2012**

Renseignements : Sara Whyatt at PEN International, Comité pour la Défense des Écrivains en Prison, Brownlow House, 50/51 High Holborn, Londres WC1V 6ER, Tel.+ 44 (0) 20 7405 0338, Fax: +44 (0) 20 7405 0339, email: sara.whyatt@pen-internationalpen.org

image_print