Home Page > Qui sommes-nous? > Le comité de traduction et des droits linguistiques

Fondé à Stockholm en 1978, le Comité de traduction et les droits linguistiques pense que toutes les langues et toutes les littératures ont le droit d’être écrites, lues et entendues, qu’elles soient parlées par des millions de personnes dans le monde ou uniquement par un petit nombre. Par le biais de projets, événements, publications et campagnes, ce comité encourage les lecteurs et les écrivains à explorer l’écriture provenant de cultures différentes de la leur. Il tient une conférence tous les printemps à Barcelone, qui offre aux membres de la communauté PEN l’occasion de partager des histoires et d’échanger des idées dans le but de continuer à s’assurer que la traduction et les droits linguistiques sont toujours au cœur de PEN International et de ses travaux.

En 1996 le comité a joué un rôle majeur dans la création de la Déclaration universelle des droits linguistiques qui a été finalement adoptée par l’Unesco. En 2011, le comité a rédigé le Manifeste de Gérone pour les droits linguistiques qui regroupe les desseins de la déclaration universelle et résume les objectifs du comité dans les travaux de PEN International pour renforcer les droits linguistiques et la traduction dans le monde entier. En 2011, le Manifeste pour les droits linguistiques de Gérone a été adoptée par l’Assemblée générale à la 77e Congrès annuel de PEN International. Lire la suite ici.

Le président actuel est Simona Škrabec basé au Centre PEN catalan.

‘Être traduit ou ne pas être’ Esther Allen (ed.), 2007 est un rapport sur la situation internationale de la traduction littéraire produite par le PEN International et Insitut Ramon Llull. Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire le rapport.

Etre traduit