PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Jour de l’écrivain emprisonné: Nelson Aguilera

Monday 10 November 2014 - 10:38am

Updated logo

Nelson Aguilera

Paraguay
Écrivain

nelson 1Ecrivain, professeur et membre de PEN Paraguay, Nelson Aguilera fut condamné à 30 mois en prison pour un cas de plagiat allégué le 4 novembre 2013. Sa condamnation fait actuellement l’objet d’un appel devant la Cour Suprême. Il est allégué que Aguilera a plagié le roman écrit en 2005 par Eugenia Gray, El túnel del tiempo (Le tunnel du temps) dans son romain écrit en 2010 pour enfants, Karumbita : La patriota (Karumbita : Le patriote). Les experts et les écrivains indépendants ont trouvé que les similarités dans les deux œuvres ne peuvent pas être expliques comme plagiat. PEN ne croit pas que la peine soit juste, et appelle les autorités paraguayennes à annuler la condamnation sans plus attendre.

 Le 1 Juillet 2010, l’écrivain Maria Eugenia Garay Zucolillo a déposé une poursuite contre Nelson Aguilera, en allégeant qu’il avait plagié son romain pour adulte El túnel del tiempo (Criterio Ediciones, 2005) dans le deuxième de sa série de romains pour enfants Karumbita : La patriota

Karumbita: La patriota raconte l’histoire de l’indépendance paraguayenne à travers les aventures de deux enfants, Anahí et Manuel, et une tortue magique, Karumbita. Dans l’histoire, Karumbita rêve qu’elle construit une machine à remonter le temps avec les enfants, en leur permettant de participer à l’épreuve paraguayenne pour l’indépendance en Mai 1811. Pendant le rêve, les personnages rencontrent plusieurs personnalités d’importance historique.  Le roman de Garay El túnel del tiempo raconte l’histoire de deux enfants, Jerónimo et Rodrigo, qui voyagent dans le temps avec leur grand-père, le sorcier Paracelsus et Albert Einstein, parmi les autres. Pendant leur voyage dans le temps, ils sont témoins de divers points clés pendant la vie d’un homme, et rencontrent de différents personnages mythologiques et historiques. Un de ces points clés est la déclaration d’indépendance de Paraguay.

Au moins six experts et écrivains indépendants ont fournis de détaillées analyses écrites des œuvres d’Aguilera et Garay, et ont trouvé que les similarités ne peuvent pas être décrites comme plagiat. Ils soutiennent que tandis que les deux textes contiennent des similaires éléments thématiques, tels que le voyage dans le temps, et les moments clés dans l’histoire paraguayenne, la manière dont ces éléments sont utilisés est significativement différente. Les analyses montrent que la structure, l’intrigue et les styles littéraires des œuvres différent de manière significative et qu’Aguilera n’a pas repris les phrases ni les paragraphes du travail de Garay.

Les experts ont aussi souligné que les similarités trouvées étaient en raison des références faites par les deux auteurs concernant les faits et les événements historiques qui n’appartiennent pas ni à l’un ni à l’autre. Les experts ajoutent que le voyage dans le temps a été employé comme thème tout au long l’histoire de la littérature et à cet effet son utilisation ne peut pas constituer seul le plagiat.

Selon Aguilera, 40 témoins n’ont pas pu témoigner pour sa défense pendant le procès puisque le juge a déclaré qu’ils se sont présentés trop tard. Les témoins incluent un expert légal renommé dans le plagiat, employé par la Cour pour enquêter le cas contre Aguilera. L’expert avait conclut que Aguilera n’a pas eu un cas à répondre.

Néanmoins, Aguilera fut reconnu coupable de plagiat le 4 novembre 2013 et condamné à 30 mois en prison. La Chambre de recours a maintenu sa conviction et sa peine en Juin 2014 à Asunción. Aguilera a déposé un appel avec la Cour suprême de justice, qui est en cours de révision actuellement par trois ministères de la Cour constitutionnelle. Il attend le verdict.

Aguilera a suggéré que la position du frère de Garay, César Garay Zucolillo, comme ministre de la Cour suprême de justice, pourrait avoir influencé sa condamnation.

Le 9 juillet 2014, Aguilera a saisi l’occasion de présenter sa défense devant Parlasur, le parlement de Mercosur, un group sous-régional des pays comprenant l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et le Venezuela.

Aguilera est un auteur prolifique qui a publié une quarantaine de livres y compris des œuvres de fiction pour enfants- tels que sa série Karumbita – de fiction pour adultes- notamment Flores en llamas (2013) – de poésie, et de manuels scolaires.

Veuillez envoyer vos appels qui:

-Condamnent la conviction de la peine de 30 mois en prison d’un écrivain Paraguayen Nelson Aguilera pour le plagiat allégué dans son romain pour enfants Karumbita : La patriota

-Appellent pour l’annulation de la conviction et l’emprisonnement d’Aguilera.

Appels à

 

Le Président de Paraguay

Sr. Horacio Manuel CartesPresidente de la República del Paraguay

Palacio de Gobierno,

El Paraguayo Independiente entre O’Leary y Ayolas

Asunción, Paraguay

Fax: +595 21 414 02 01

E-mail: secretariaprivada@presidencia.gov.py

Salutation: Cher Président/Estimado Presidente

Edgar Manuel Escobar RodasSupreme Court of Justice coordinator

Palacio de Justicia
Alonso y Testanova
Planta Baja

Email: ed_escobar@pj.gov.py

Veuillez aussi envoyer les copies de vos appels à l’ambassade paraguayenne de votre pays .Veuillez voir  http://embassy.goabroad.com/embassies-of/paraguay

 PUBLICITÉ

Nous encourageons les membres de PEN à

  • Publier les articles et les articles d’opinion dans la presse nationale ou locale chez vous, en soulignant le cas de Nelson Aguilera.
  • Organiser des événements publics, des lectures, des manifestations ou des conférences de presse
  • Partager de l’information concernant Nelson Aguilera et vos activités de campagne pour lui via les médias sociaux.

S’il vous plait nous tenir au courant de vos activités et de nous en envoyer un rapport avant le 15 décembre 2014 au plus tard pour que nous puissions partager vos efforts avec les centres.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuilleuz communiquer avec Tamsin Mitchell du bureau de Londres de la Comité des écrivains en prison : PEN International, Brownlow House, 50-51 High Holborn, London WC1V 6ER Tel: +44 (0) 207 405 0338 Fax +44 (0) 207 405 0339 email: Tamsin.mitchell@pen-international.org